Questionnaire « S’il devait n’en rester qu’une… » : Cornavin AMF par @lucchese.watches

cornavin-amf-lucchese-2

Pas forcément la plus grosse, pas forcément la plus belle, ni la plus chère. S’il devait n’en rester qu’une ? Votre montre fétiche, votre montre doudou… La montre du premier jour du reste de votre vie, c’est laquelle ?

« Pour voir la montre il faut d’abord regarder la personne qui se cache derrière. »

J’ai immédiatement penser à Benjamin en imaginant le concept de cette rubrique. Il est le collectionneur qui ne fait pas comme les autres. Spécialisé dans les baleines blanches, il n’achète que ce qui est rare et improbable. Glycine Airman « AOPA », Lemania « Istituto Idrografico del la Marina ».. , il n’y a qu’à voir sa collection pour appréhender l’éclectisme de sa démarche.

Benjamin :

Merci Simon de troubler mes douces vacances avec cette question cauchemardesque pour un collectionneur 😉

Evidemment, plusieurs montres me sont venues à l’esprit, mais une, peut-être, reflète mieux mon goût horloger : à savoir, ma Cornavin AMF.

Pourquoi ? Parce que cette montre est un OVNI, un truc bizarre et mes recherches m’ont souvent attiré vers ce genre de bestioles : des montres restées en marge, discrètes ou excentriques, mais avec une esthétique et un caractère forts.

La première fois que j’ai croisé cette plongeuse, c’était dans un catalogue japonais compilant des montres de plongée vintages avec tout un tas de publicités d’époque : Rolex, Blancpain, Omega, Seiko… et au milieu de tout ça, des marques plus confidentielles : Gruen, Nicolet watch, Triton Spirotechnique, ZRC et cette Cornavin !

cornavin-amf-lucchese

Je n’avais jamais entendu parlé de cette marque et encore moins de cette montre, mais le coup de foudre était là.

A l’époque, je collectionnais surtout des plongeuses de diamètres moyens : Caribbean 1000m, des ZRC, Deepstar, etc.

Avec cette Cornavin et ses 42mm hors couronne, son boitier sans lunette et son cadran chargé, j’étais dans un autre monde !

Si vous voulez un historique, désolé, je n’en ai pas. Cette montre reste un épiphénomène et fut peu produite.

Fabriquée à partir de 62-63, probablement à la suite de la Vulcain Nautical. Elle partage avec celle-ci ses dimensions et une lecture possible des tables de décompression sur le cadran. Sa particularité réside dans sa lecture de l’heure avec son guichet à 6 heures.
J’ai mis 5 ans à la trouver. Le charme ne s’est jamais brisé depuis.

Allez, zou, je retourne à mes châteaux de sable.


Merci Benjamin, suivez Benjamin sur Instagram :

Une publication partagée par @ lucchese.watches le D’autres interviews horlogers sur Moonphase

1 Comment

  • Répondre août 27, 2018

    Richard Valence

    Oui, on sent bien que tous les passionnés qui lisent Moonface ont chacun dans leur tiroir une montre fétiche qu’ils portent toujours avec plaisir. Au milieu de beaucoup de montres plus récentes, plus belle, celle-là est unique pour de multiples raisons personnelles.
    Moi, c’est une Rolex Explorer 1016 achetée neuve en 1979, que je porte toujours en alternance avec beaucoup d’autres, pourtant souvent bien plus ceci ou cela.

Leave a Reply