Bracelets Bonklip, de la RAF aux astronautes de la NASA

raf-bonklip-bracelet-3
Bracelet AF 0210 de 1945. Photo : thespringbar.com

Bracelet AF 0210 de 1945. Photo : thespringbar.com

Tout amateur de montres militaires a été confronté un jour au dilemme des anses fixes. Imposées par le Ministère de La Défense britannique (MoD) dans les années 40, les anses soudées ont souvent été associées aux bracelets NATO dont le brevet n’a pourtant été déposé qu’en 1973. Une question se pose alors : que portaient donc les soldats anglais avant l’apparition du Nato, que ce soit avec leur IWC, Jaeger LeCoultre, Smiths W10 (Mark XI), ou encore avec les fameuses Dirty Dozen (Mark X) ?

Le MoD n’avait, en fait, donné aucune indication à ce sujet et chacun se débrouillait avec ce qu’il avait sous la main. On connait surtout les bracelets en coton de type AF0210 ou encore les « open ends » en cuir de cochon dit « Pigskins ».

De manière non-officielle, c’est grâce à une invention civile que la meilleure solution fut trouvée, à travers un bracelet créé dès les années 30.

krementz-self-adjustable-bracelet

Communément appelé « Bamboo bracelet » ou « ladder bracelet », le Bonklip fut inventé à la fin des années 20, aux Etats Unis par Walter M. Krementz, un fabricant de boutons de manchettes situé dans le New Jersey. Ce bracelet qui était constitué alternativement de boucles plates et de maillons tubulaires, avait la faculté d’être ajustable sur tous les poignets sans réglage préalable par un bijoutier. Fabriqué en « StayBrite » le bracelet de Krementz avait un prix assez élevé  et ne rencontra pas le succès commercial escompté.

A la même période, de l’autre coté de l’atlantique, un fabricant de briquet anglais du nom de Dudley Russel Howitt déposa au nom de sa société (B.H. Britton and Sons) un brevet très similaire à celui de Krementz. Il commercialisera son bracelet sous le nom de « Bonklip » et contrairement à son homologue américain, le Bonklip rencontrera immédiatement le succès et sera souvent associés aux montres civiles de l’époque comme les Rolex Bubblesbacks, par exemple.

photo : ebay

photo : ebay

photo : ebay

photo : ebay

photo : ebay

photo : ebay

Reprenant le même concept de Krementz, le Bonklip de Howitt était aussi constitué de 2 parties formées de boucles plates et maillons tubulaires. La partie longue coulissait dans la partie courte à l’intérieure d’une boucle située à l’extrémité. L’autre extrémité se « clipsait » sur un fermoir fixe qui pouvait être positionné tout le long du poignet et qui permettait un ajustement au millimètre près. Le Bonklip qui mesurait jusqu’à 22cm, était conçu de telle sorte que la montre pouvait être ajustée d’une seule main, aussi bien sur un poignet nu que sur la manche épaisse d’un blouson d’aviateur. Enfin, les Bonklip était livrés avec des extrémités ouvertes et pouvaient donc se fixer solidement aux anses fixes, moyennant un passage chez l’horloger.

raf-bonklip-bracelet

Les pilotes de la RAF avaient vite compris l’avantage de ce bracelet et l’avaient massivement adopté à titre personnel jusqu’en 1949, date à laquelle le MoD l’inscrivit finalement dans son nouveau cahier des charges MK XI.

Jaeger-LeCoultre Mark XI de 1953, sur Bonclip

Jaeger-LeCoultre Mark XI de 1953, sur Bonklip 6B/2763. Photo : watchuseek.com

3 références « 6B » (l’équivalent du Broad Arrow pour l’armée de l’air) furent donc affectées au bracelet Bonklip, chacune correspondant à une taille d’entre-cornes différentes (17.5, 19 et 20mm). Le plus connu étant le « 6B/2763 » de 17,5mm qui s’adaptait sur les fameuses IWC Mark XI. Les Jaeger LeCoultre mesurant 17mm d’entre-cornes, une adaptation à l’atelier était alors nécessaire.

Pour des raisons de coûts le Bonklip n’avait pas été affecté à la Royal Army ni à la Royal Navy (problèmes de corrosion). Mais sa supériorité technique et son ininflammabilité en fit le favoris des pilotes anglais, jusqu’au années 80.

gays-freres-bonklip

"Bonklip" avec marquage Gay Frères de 1951. photo : ebay

« Bonklip » avec marquage Gay Frères de 1951. photo : ebay

Le brevet de Howitt expirant dans les années 50, le design du bracelet Bonklip tombait alors dans le domaine public et fut repris par de nombreux fabricants de bracelets en Angleterre (Clewco), en France (ZRC), et en Suisse avec les fameux Gay Frères très prisés des collectionneurs.

komfit-forstner-jb-champion-bracelets-3-apollo-13-z

Equipage d'Apollo 8, avec leur Speedmaster monté sur des bracelets Komfit Forstner ou JB Champion. Photo : Moonwatchonly

Equipage d’Apollo 8, avec leur Speedmaster montées sur des bracelets Komfit de Forstner rebaptisés JB Champion. Photo : Moonwatchonly

Les américains ne sont pas en reste, avec une adaptation où les maillons sont remplacés par une cotte de maille. On parle bien sûr bien-sûr du fameux bracelet « Komfit » fabriqué par Forstner, qui sera racheté plus tard par la société Jacoby Bender (JB).  Ce sont ces bracelets (renommés JB Champion) qui, plus tard, équiperont les astronautes de la NASA. Mais ceci (une fois de plus) est une autre histoire …

PS : Pour ceux qui veulent en acquérir un. Ebay est comme d’habitude la meilleure place. Pour les montres militaires Mk X er Mk XI, le Bonklip anglais est le plus authentique. Pour les anses fixes de 18mm, prenez-en un de 17mm, qui mesure en fait 17,5mm à cause du système de mesure anglais (11/16). Si vous avez une montre de collection post années 50, type Rolex, Gallet, Minerva etc … Préférez alors le Gay Frères qui est quand même plus chic et mieux fini. Bonne chasse !

3 Comments

  • Répondre septembre 21, 2017

    Alain

    Comme d’hab’, un excellent article sur un sujet méconnu.
    Par contre, il faut parler d’INinflammabilité. Inflammabilité veut dire qu’il prend feu très facilement !

    bien cordialement.

    • Répondre octobre 22, 2017

      Moonphase

      Heureusement qu’il y a des lecteurs perspicaces. C’est corrigé. Merci Alain 😉

  • Répondre novembre 2, 2017

    jef33

    Très bon sujet , étant en plein dedans pour mes militaires, une petite question sont il confortable?

Leave a Reply