Chronomaster Only, interview des auteurs : Grégoire Rossier et Anthony Marquié

chronomaster-only-aviator-sea-diver

Instagram était en effervescence depuis quelques jours. Anthony et Grégoire (les auteurs des Moonwatch et Flightmaster Only) venait de lancer leur teaser pour annoncer la sortie imminente de leur nouvel ouvrage. Les spéculations avaient eu bon train. Chacun guettait la suite de la saga avec le très attendu Seamaster Only.

Mais les indices que nous avaient savamment distillées les auteurs ne collaient pas. Collectionneurs, journalistes, marchands, étaient à l’affût des moindres détails pour raffler la mise avant que le marché ne s’emballe.

Juste avant le levé de rideau, le compte Instagram des auteurs avait changé de nom. MoonwatchOnly est devenu WatchBookOnly. Le voile se lève enfin. Stupeur et surprise générale, çà ne sera pas une Omega.

Anthony et Grégoire venaient de passer 2 ans à écrire un livre sur la … Nivada Chronomaster.

Cette montre, tout le monde la connaissait sans vraiment la connaitre. Surnommée le couteau suisse, la Chronomaster Aviator Sea Diver (CASD), est en effet la seule montre à être, à la fois : un chronographe, une plongeuse, un GMT, une montre de pilote et une montre de régate.

Lancée en 1961, elle sera déclinée en 52 (!) itérations différentes. Une longue et tumultueuse vie, au grès des évolutions et des adaptations, qui sera minutieusement décortiquée, analysée, répertoriée puis reconstituée comme un puzzle géant. Cette méthodologie quasi scientifique est désormais devenue la signature des deux compères de WatchbooksOnly.

Motivation, démarche et anecdotes, voici l’interview des auteurs du Chronomaster Only, le livre qui a su prendre tout le monde à contre-pied. Explications …

chronomaster-only-aviator-sea-diver-cover

 

1/ Anthony, Grégoire, la question principale que tout le monde se pose est : pourquoi cette montre méconnue provenant d’une marque disparue, alors que tous les fans espéraient la suite de la saga Omega avec notamment le très attendu ‘Seamaster Only’.

C’est effectivement la question que tout le monde se pose et qui a alimenté nos messageries depuis notre annonce. Surprenant certes, mais finalement pas tant que cela pour les gens qui nous connaissent et qui savent que notre passion n’est pas uniquement liée à des montres iconiques comme peut l’être la Speedmaster. Certains collectionneurs ont déjà été surpris par le livre Flightmaster Only sorti en début d’année. Même si moins connue dans la gamme Omega, cette montre nous a toujours intéressé, d’abord en raison de son esthétique et ses spécifications, mais aussi en raison d’un historique hors du commun. Egalement liée à la conquête spatiale, il nous paraissait logique de lui dédier le second opus de la série « ONLY ».

Mais revenons au Chronomaster… nous en sommes tombés amoureux pratiquement dès que nous l’avons vu, pour la première fois, au poignet d’un de nos amis collectionneurs italiens. Il s’agissait en plus de la très rare version Brian Kelly avec un cadran marron tropicalisé. Une montre magnifique, qui remplissait tous les codes esthétiques que nous affectionnons : taille raisonnable (environ 38mm), très beau cadran particulièrement bien dessiné, aiguilles broad arrow, lunette noire, poussoirs ronds… tout ce que l’on peut aimer dans un chronographe typique des années 60. Nous avons donc cherché à en acheter un, puis deux, puis trois … et immédiatement, nous nous nous sommes immergés dans la multitude de versions qui s’offraient à nos yeux (et à nos poignets).

Et c’est à ce moment que, naturellement, l’idée d’un livre nous a traversé l’esprit. Nous adorons les montres de collection, mais nous aimons peut-être encore plus chercher, étudier, et essayer de comprendre et retracer leur histoire. Forts du succès des deux premiers ouvrages, nous nous sommes lancés dans cette nouvelle aventure, même si au départ nous ne pensions pas vraiment reprendre exactement la méthodologie détaillée du Moonwatch Only, faute de sources d’informations. Mais finalement, et après beaucoup de recherches et un nombre incalculable d’heures passées à reconstruire l’épopée de ce fabuleux chronographe, le Chronomaster Only a pu voir le jour.

Quant au Seamaster Only que tout le monde attend (à juste titre !), de très bonnes nouvelles sont prévues et nous aurons le plaisir de vous en reparler ici dès que possible.

chronomaster-only-aviator-sea-diver-51-model

2/ Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots, la démarche « scientifique » que vous utilisez depuis le début de MWO, et qui est devenue depuis, votre signature et votre marque de fabrique ?

Avec grand plaisir, car c’est effectivement ce qui distingue nos ouvrages des autres livres existants. En premier lieu, nous ne provenons pas du secteur horloger, et nous ne sommes pas directement impliqués dans la vente de montres, quelles qu’elles soient, ce qui fait nous sommes dénués de tout conflit d’interêt. Il s’agit d’un point essentiel à nos yeux, surtout dans un marché de plus en plus spéculatif et agité, et où les tentations sont grandes.

Nous avons dès le départ choisi de structurer l’étude de ces modèles en identifiant tous leurs composants principaux (calibre, carrure, cadran, lunette, aiguilles, fonds, couronnes, et poussoirs pour des chronographes), qui ont nécessairement varié au cours de la production, pour une multitude de raisons objectives : changements de fournisseurs, améliorations techniques,  évolutions esthétiques, modes de fabrication… Cette démarche peut se réaliser par l’observation détaillée du plus grand nombre de modèles possible, en les achetant, en les empruntant à des collectionneurs, ou en cherchant sur internet bien sûr (même s’il est impossible de comprendre une montre sur la seule base de photos). Chaque montre est ensuite archivée, en prenant soin d’étudier et de coder tous les composants, sur une triple base de données (photos, références et données), qui à l’issue d’une étude peut être composée de plusieurs milliers d’exemplaires. Viennent ensuite deux phases essentielles : comprendre les logiques de production (en d’autres termes, reconstruire le puzzle), et vérifier les conclusions obtenues grâce aux informations provenant de la marque, lorsqu’elles sont disponibles.

Enfin, une partie très importante du travail consiste à organiser ces informations au sein d’un livre qui soit compréhensible et agréable à lire. A ce propos, nous accordons une importance fondamentale aux photographies. Aucune photo de modèle n’est reprise d’internet ou de sources externes, les modèles illustrés sont tous passés entre nos mains ce qui signifie que nous les connaissons réellement. Cela représente un budget très important, mais il s’agit de la seule méthode permettant un travail sérieux.

chronomaster-only-aviator-sea-diver-book-2

 

3/ Avez-vous conscience que ce livre (même si ce n’est pas votre intention) va rebattre toutes les cartes, attiser les convoitises et relancer la spéculation sur cette montre qui était, jusqu’alors, très abordable ?

Plus généralement, il s’agit du problème du marché actuel. Il est devenu très spéculatif, avec des valeurs investies parfois très importantes. Ceci est lié à l’ouverture du marché sur de nouveaux types de clientèle très fortunées d’une part, et à la prise de conscience que certains types d’actifs pouvaient représenter des sources de performance financière importante d’autre part. Ce n’est pas seulement le cas du marché horloger, il n’y a qu’à observer l’évolution des prix des voitures anciennes, du vin, ou bien sûr de l’art contemporain pour s’en rendre compte. De plus, certains phénomènes de modes entrent également en jeu : la montre a toujours été l’un des rares accessoires masculins. Aujourd’hui, l’offre des montres modernes dites « de luxe » est de plus vaste, à des prix toujours plus élevés, et les amateurs se tournent donc assez naturellement vers les montres de collection, plus rares, plus abordables (même si ce critère se vérifie de moins en moins), et plus différenciantes. La suite n’est qu’une conséquence de l’offre et de la demande…

Dans ce contexte, les modèles Chronomaster étaient jusqu’à aujourd’hui très abordables. Il est effectivement probable que leur cote augmente après la sortie de cette ouvrage, tout simplement parce qu’ils étaient sans doute peu connus et donc sous-évalués. Il est vrai que leur prix est aujourd’hui particulièrement bas, si on les compare à d’autres chronographes en acier du début des années 60 équipés de mouvements similaires, qui s’échangent à plusieurs dizaines de millers d’euros. Quant à nous, nous espérons surtout que les multiples variantes de ce chronographes seront mieux comprises et appréciées des amateurs de belles montres.

chronomaster-only-aviator-sea-diver-dial-and-hands

 

4/ J’imagine le travail de titans nécessaire à la préparation de cet ouvrage. En même temps, cela a du être une aventure incroyable. Une anecdote à nous raconter ?

Dans ce type d’aventure, la plupart des anecdotes concerne soit la découverte d’exemplaires particulièrement singuliers, soit les rencontres que l’on peut faire lors de nos recherches. Ceci s’est vérifié naturellement lors de la rédaction du Chronomaster Only. En particulier, nous avons eu l’immense plaisir de partager nos joies (et nos doutes parfois) avec notre ami photographe Luca, qui participe à tous nos projets. Les séances sont parfois épiques, mais toujours amusantes et dans la bonne humeur.

Mais je me souviens encore de ce très beau Chronomaster appartenant à notre ami Guillaume. Très rare, nous lui avons emprunté pour le photographier et le publier dans le livre. Ce n’est que lorsque nous avons vérifié les photos sur grand écran et très haute résolution que nous nous sommes tous aperçus que le fond comportait une gravure, effacée avec le temps et quasiment invisible à l’oeil nu : LISA. Or il s’agit précisément du prénom de l’une de ses filles…

Il ne l’aurait sans doute jamais vu sans ce livre, et il est inutile de préciser que Lisa a donc gagné un très beau cadeau…

 

Merci ! Antony et Grégoire.

Vous pouvez suivre les actus de WatchBookOnly sur Instagram :

2 Comments

  • Répondre octobre 3, 2018

    Pallud François

    super article (comme toujours) j’ai hate de découvrir le livre ,c’est effectivement un de mes chronos préféré ,bien content d’avoir pu en acheter à un cout encore raisonnable ,car la spéculation va aller bon train !

  • Répondre octobre 7, 2018

    Ney

    Magnifique article pour ce nouvel opus d’une saga fort prometteuse.
    Si la spéculation est de mise, la vente de pièces « douteuses » sera freinée grâce à cet ouvrage.
    Remercions ses auteurs et longue vie à Moonphase.

Leave a Reply