Ma lettre au père Noël ou la liste de mes lubies* horlogères du moment

my-watch-wishlist-to-santa

Le temps me manque irrémédiablement pour venir écrire sur ce blog qui est pourtant mon lieu de perdition favori. Quoi qu’il en soit, en cette fin d’année, je décide d’être égoïste et de rédiger ce post pour adresser ma liste au père Noël. Qui ne tente rien n’a rien… 

Alors, bien sûr, j’ai été très sage cette année et bien sûr je saurai rester raisonnable. Dans ma liste au père Noël, il n’y aura donc aucun prix stratosphérique. Rien d’indécents pour le commun des mortels.

Voici juste quelques montres qui me font vibrer (en ce moment). La plupart restent abordables, certaines même pourraient être dans notre rubrique Chic & Cheap. En fait, elles sont juste à mon goût, et tant mieux si le hasard fait bien les choses…

Nivada Grenchen Datomaster

Nivada Datomaster Photo : milanesegiangi

Nivada Datomaster – Photo : milanesegiangi

Les cadrans gris et les aiguilles oranges font partie de mes lubies* du moment. La Datomaster possède ces 2 éléments et les marie à la perfection. Dans la nébuleuse Croton Nivada, on parle beaucoup de la Chronomaster Aviator Sea Diver. Pour moi, la Datomaster est de loin la plus cool de toute.

Omega Seamaster « Speedmaster companion »

Omega Seamaster réf. 166.002 dite "Speedmaster companion" - photo : Marc Sirinsky‎

Omega Seamaster réf. 166.002 dite « Speedmaster companion » – photo : Marc Sirinsky‎

On ne sait pas grand chose de cette montre si ce n’est qu’il s’agit en fait d’un Seamaster assez banale (réf. 166.002 avec un calibre 565, fabriquée dans les années 60). Cette montre a été surnommée « Speedmaster companion» par les aficionados du fait de son très désirable cadran gris irisé et de ses index bâtons sans chiffres empruntés à la Moonwatch. Signature de ce cadran reconnaissable entre mille : les deux points de tritium qui entoure l’index à 12 heures.

Squale Master

margi-squale-master

Comme le faisait Piquerez avec ses boitiers Super Compressor. La marque Squale fabriquait des boitiers réputés indestructibles que d’autres marques utilisaient pour emboiter leur propres montres. L’utilisation d’un boitier Squale était en soit un gage de qualité qu’il fallait afficher. C’est ainsi que toute les montres Squale avaient sur le cadran la double signature avec le fameux logo requin. Parmi ces marques on peut citer Breil, Potens, Eagle Star et bien sûr La Spirotechnique. L’atout charme des Squale Master : sa proéminente lunette en bakélite. Les montres Squale ont équipé les parachutistes de la « Folgore Brigade » de l’armée italienne ainsi que les prestigieux plongeurs de la «Marina Militare Italiana». Pour compléter ce prestigieux palmarès, le célébre Jacques Mayol portait, lui aussi, une Squale.

Wittnauer Professional Chronograph

Wittnauer Professionnal Chronograph - Photo : forum Watchuseek

Wittnauer Professionnal Chronograph – Photo : forum Watchuseek.com

Relancés par la néo-vintage Longines Heritage Diver 1967, les Wittnauer Professionnal Chronograph ont le vent en poupe. Ma préférence va à la version avec les aiguilles chandeliers (droites) vs la version broad arrow. Cerise sur le gâteau, la lunette qui vire au bordeaux comme celle-ci qui me fait littéralement vaciller.

Omega Seamaster 60

Seamaster 60 166.062. 565 - photo : Spacefruit @ omegaforums.net

Seamaster 60 166.062. 565 – photo : Spacefruit @ omegaforums.net

Nous restons sur les bezels rouges, mon autre lubie* du moment. Le prix des Omega ont flambé récemment. Les Seamaster 300 tiennent bien sûr le devant de la scène, au détriment d’autres, moins convoitées, comme cette Seamaster 60 (réf.166.062. 565). Ce modèle existe en noir et en bleu mais c’est la bordeaux qui a su toucher ma corde (ô combien) sensible.

Rado Captain Cook

rado-captain-cook-mk1

Rado Captain Cook MKI – photo : Lucchese

Et si comme moi, vous êtes sensibles aux plongeuses aux plexis bombées et aux lunettes concaves comme les Breitling SuperOcean et autre Gruen Precision Ocean, voici une belle alternative que j’ai découverte tout récemment : la Rado Captain Cook (première version). Cette montre possède 2 caractéristiques très originales : un logo en forme d’ancre qui tourne sur lui même en fonction de l’inclinaison et bien sûr cette lunette concave si rare et si désirable qui fait ressortir le galbe généreux de son plexi super dôme. Merci à l’ami Lucchese pour cette initiation et pour la photo.

Tudor Ranger vintage

Authentique Tudor Ranger de 1964, trouvée sur Ebay ...

Authentique Tudor Ranger de 1964, trouvée sur Ebay …

La Ranger c’est l’Explorer de chez Tudor. La plupart des Ranger qui trainent sur le marché sont des grossière copies. J’avais repéré celle-ci en écrivant l’article sur British North Greenland Expedition. Puis j’ai hésité, pas le bon moment, pas dans mes priorités. Vous savez ce que c’est… Puis bien sûr, elle est partie. Beaucoup trop vite, Beaucoup trop tôt. Pris de remords, elle hante depuis mes nuits. C’est dur la vie d’un amateur de vieille tocante.

Girard Perregaux Olimpico

Girard Perregaux Olimpico - photo : Lous @ www.watchtalkforums.info

Girard Perregaux Olimpico – photo : Lous @ www.watchtalkforums.info

L’idée de l’Olimpico était de proposer un nouveau chronographe au rythme des jeux olympiques (tous les 4 ans). Le nom Olimpico était en espagnol car le premier modèle est apparu lors des jeux olympiques de Mexico en 1968. Propulsé par un calibre Excelsior Park, les Olimpico ont beaucoup évolué dans les années 70-80. Un vent de folie qui a engendré une des montres les plus funky de tous les temps, par une marque qui nous habitue normalement à des formes des plus conventionnelles.

 



Voici donc une première sélection qui n’est bien sûr pas exhaustive. Je pourrais continuer ainsi pendant des heures. Ce genre de listes ont la fâcheuse tendance à s’allonger au fur et à mesure que grandit notre connaissance. L’univers des belles montres est suffisamment vaste pour que chacun y trouve son compte à condition de se documenter et d’y consacrer suffisamment de temps pour affiner ses goûts personnels. Ces derniers vont eux même évoluer et lorsque vous commencerez à aimer celles que vous avez détestées ; alors peut être que là, et seulement là, vous serez prêt à vous jeter à l’eau.

Cher Père Noël, peu importe, en fait, si tu m’apportes aucune de ces montres. Ce blog est mon exutoire. Le fait seul d’en avoir parlé m’a (provisoirement) quelque peu apaisé. Rien que pour ça je continuerai à t’écrire…

Et vous, qu’avez vous demandé au Père Noël cette année ?

 

 

*Une lubie se manifeste par un enthousiasme exubérant pour quelque activité, être ou objet. C’est le passage à l’acte d’un quelconque fantasme ou réalisation d’un scénario imaginé par le sujet. (source : Wikipedia)

 

 

Plus loin dans mes humeurs horlogères…

11 Comments

Leave a Reply