Buddy Holly, Omega Ultra Slim : « le jour où la musique est morte »

buddy-holly-omega-ultra-slim

Je me souviens d’un film de mon adolescence (La Bamba – 1987) qui racontait la vie du chanteur Richie Valens mort dans un accident d’avion à Clear Lake (Iowa) lors d’une tournée à travers les États-Unis. Ce jour du 3 février 1959 est aussi connu comme « The Day the Music Died » (le jour où la musique est morte) car deux autres chanteurs célèbres étaient aussi à bord, ils portaient le nom de Buddy Holly et de Jiles Perry Richardson. Je me souviens alors avoir été ému par le destin funeste de ces trois pionniers du rock. Peut être même que cette histoire fut la première d’une longue série, celles des étoiles filantes qui, pour entrer dans la légende, se devaient de mourir tragiquement.

buddy_holly_riverside

Sur l’affiche, on pouvait lire : « Les Jeans ne sont pas admis. Pas de boissons toxiques en vente. »

Nous sommes à la fin des années 50, préhistoire du show business à l’américaine. Les artistes gagnaient peu d’argent et devaient enchainer de longues séries de concerts dans des coins paumées au fin fond de l’Amérique.
Les hivers sont rudes dans le Midwest. Holly, Valens et Richardson sont déjà exténués après une semaine sur les routes de la tournée qui porte bien son nom : la « Winter Dance Party ». Entre chaque date, les artistes doivent supporter des trajets interminables à bord d’un bus vétuste dont le chauffage était tombé en panne. Certains attrapèrent la grippe, d’autres des engelures aux pieds. Après un spectacle non prévu à Clear Lake (le promoteur venait de l’ajouter à la longue liste), las des problèmes logistiques, Buddy Holly décida de gagner du temps en prenant un avion pour se rendre à son prochain concert à Moorhead dans le Minnesota.

Les places à bord coutent chères, 36 dollars, soit l’équivalent d’un loyer de l’époque. Richardson qui avait la grippe en prend une. Valens jouera et gagnera la sienne… à pile ou face. Tard dans la nuit, le petit avion de tourisme décolle malgré des conditions météorologiques hivernales défavorables. Le pilote inexpérimenté de 21 ans perd le contrôle de son Beechcraft Bonanza, et s’écrase dans un champs enneigé, à 10 km de l’aéroport de départ.

cnn 150304162333-nr-buddy-holly-plane-crash-full-169

Le lendemain, le shérif découvre dans la neige fondue cette montre qui, à part la tige de couronne manquante, fut miraculeusement intacte. Elle fut immédiatement identifiée grâce à l’inscription sur le dos : « Buddy Holly : 1er décembre 58 ». Elle avait été offerte à Buddy par son épouse María Elena Santiago quelques mois auparavant. María Elena était enceinte de Buddy et le jeune couple venait de se marier. Buddy était très fier de cet achat, consécration de son rêve américain.

buddy holly omega ultra slim frontIl s’agissait précisément d’une Omega Ultra Slim en or gris 14 carats, sertie de 44 diamants. La boite était de production américaine (Norman Morris, New York) avec à l’intérieur le calibre 620. Les calibres 6xx étaient des calibres extra-plats (2,5mm !), très fiables, souvent utilisés en joaillerie et battant à 19800 alternances par heure.

Omega_620

On pense souvent que les plus belles prouesses techniques se retrouvent dans les toolwatches mais on oublie qu’elles furent aussi mises à l’honneur dans les montres habillées, notamment dans les techniques de miniaturisation, voir les exemples déjà citées sur ce blog, ici ou .

Montée d’origine sur un bracelet en maille milanaise, la montre sera vendue par la veuve de Buddy aux enchères en 2006 pour la somme de 155 350 dollars qui sera versée à la fondation éducative « Buddy Holly », une société caritative dont la mission est de faire vivre l’héritage du chanteur en fournissant une éducation musicale aux plus démunis.

Pour en revenir au chanteur, malgré ce drame, la tournée « Winter Dance Party » ne s’est pas interrompue pour autant. Le programme a été maintenue. Le line up a été quelque peu modifié et des remplaçants on repris les chansons des disparus. Une vision très mercantile du « Show must go on »…

Eddie Cochran, interprétera plus tard une chanson intitulée « Three Stars » dont les paroles, « regarde le ciel, il y a trois nouvelles étoiles », sont un hommage à Buddy Holly et ses deux acolytes.

 

Look up in the sky, up towards the north
There are three new stars, brightly shining forth

buddy holly omega ultra slim back
Je replonge, une fois de plus, dans le patrimoine de la marque Omega, dont j’ai vanté la richesse à de maintes reprises. Bien sûr il y a les « Speed » et les « Sea » que nous affectionnons tant, mais il y a aussi toutes ces histoires.  Ces bouts de vie, ces fulgurances et ces destins qui mis bout à bout, constituent aussi, j’espère, l’âme de ce blog… .

buddy-holly-omega-ultra-slim

Pour aller plus loin, d’autres destins et d’autres montres sur Moonphase :

3 Comments

  • Répondre juillet 6, 2016

    Guillaume

    Bonjour,

    C’est un super article ! Merci
    J’adore cette musique et cette époque.
    Parfois, je me dis que je suis né un peu trop tard 😀

    Bonne journée.

    • Répondre juillet 6, 2016

      Moonphase

      Je suis d’accord avec vous Guillaume. j’avoue que les montres et les guitares de cette époque (Stratocaster série L par exemple) me font vibrer plus que n’importe quelle autre période !

  • Répondre juillet 7, 2016

    pierre

    merci tres enrichissant, comme souvent
    puisqu’il s’agit d’historie omega…a quand (en cette année olympique) un article sur les stopwatches?

Leave a Reply