L’expédition Ralph Plaisted et l’Omega Speedmaster, la montre qui découvrit le pôle nord géographique

Ralph Plaisted et son Omega Speedmaster

Ralph Plaisted et son Omega Speedmaster

Voici une histoire peu connue des amateurs de Speedmaster.

Conçue initialement pour être un chronographe de course, la « Speed » est devenue célèbre grâce à ses aventures spatiales et surfe depuis plusieurs décennies sur sa légitimité historique de la première et unique montre à avoir été sur la lune. Intimement liée à l’histoire de la NASA, l’héritage spatiale de cette montre est devenue depuis son unique socle de marque.

Pourtant, un an avant son alunissage, la Speedmaster s’en est allé faire des escapades dans d’autres contrés extrêmes, chassant sur les terres des aventuriers – explorateurs, domaines de jeux que l’on croyait réservés à la marque Rolex. 

Voici donc l’histoire de la Speedmaster et de la toute première expédition a avoir atteint le pôle nord par voie terrestre.

Vers la fin des années 60, un vendeur d’assurance du Minesota nommé Ralph Plaisted, projeta de rejoindre le pôle nord à bord de motos neige fabriquées par la société canadienne Bombardier.

Il essuya un premier échec en 1967 au point 83º 50′ Nord, soit environ à 600 km de son objectif.

Ralph Plaisted tentera à nouveau l’exploit l’année suivante, avec des machines plus puissantes et une nouvelle équipe choisie pour son expérience : Gerry Pitzl (navigateur), Walt Pederson (ingénieur mécanique) et Jean-Luc Bombardier,  (technicien et éclaireur).

Ralph Plaisted avec son posemètre Lunasix* et sa Speedmaster

Ralph Plaisted avec son posemètre Lunasix* et sa Speedmaster

L’expédition commanditée par la société Bombardier, la société de télévision CBS et l’armée canadienne prendra son départ le 7 mars 1968.

Après 43 jours et 11 heures à travers 1320 Km  sur la calotte polaire, les quatre hommes atteignirent la position absolue du pole nord géographique soit 90° latitude Nord. Position qui a été confirmée par un avion de l’US Air Force qui survolait leur point d’arrivé.

Cette exploit a été rendue possible grâce au succès d’une navigation extrêmement précise, réalisée avec l’unique aide d’un sextant et d’une Omega Speedmaster ! Contrôlé quotidiennement par radio, la montre n’a accumulé une dérive d’une seule seconde par jour, ce dans des conditions météorologique allant de -52°C à + 26°C !

Le modèle porté par Plaisted et ses acolytes était un modèle (Pré-moon donc) portant la référence 145012 – 67 et animé par le calibre 321, considéré par tous comme étant le meilleur calibre de son histoire.

omega-speedmaster-ralph-plaisted-expedition-b omega-speedmaster-ralph-plaisted-expedition

Parmi les quatre Speed de l’expédition, une d’entre elle a été vendue mise en vente en 2012 sur Ebay pour la somme de 99 000 dollars. Parmi les documents fournis avec la montre, on y retrouve tous détails de l’expédition retranscrit, en français, dans la brochure Omega de l’époque  (voir ci dessous).

Un an après cette aventure, la Speedmaster écrira la page la plus marquante de son histoire en allant sur la lune. L’aventure de Plaisted n’est pourtant pas l’unique parenthèse dans l’histoire de cette montre. En 1989, soit 21 ans plus tard, Reinhold Messner (que nous avons déjà vu avec une Rolex Oysterquartz et une Explorer) atteignit le pôle sud après 3 mois de marche, 2500 km sous -60°C. Il avait à son poignet … une Omega Speedmaster.
Reinhold Messner et sa Speedmaster au Pôle sud

Reinhold Messner et sa Speedmaster au Pôle sud

   p1 p2

p3

p4

p5

Pour aller plus loin :

L’histoire de cette expédition relatée dans la brochure de la Speedmaster 1957 50th anniversary.

L’omega Ultra-Thin, la montre de JFK, l’homme qui a lancé le programme lunaire de la NASA

Les histoires avec des montres Omega sur Moonphase

Les histoires d’aventuriers explorateurs sur Moonphase

* Un grand merci à Gérard pour sa contribution

Be first to comment