Exposition Speedmaster chez Antoine de Macedo, avec Petros Protopapas et la montre de… Ultraman !

expo-speedmaster-adm

Mardi dernier s’est déroulée l’inauguration de l’exposition consacrée à la Speedmaster et au 45é anniversaire de la mission Apollo. Organisée par Omega et Antoine de Macedo cette expo était l’occasion rêvée d’approcher des modèles rares venues tout droit du musée Omega du Bienne. Elles étaient toutes là, réunies au même endroit : du tout premier modèle lancé en 1957 à la X-33 en passant par la Moonwatch, la Mark II, la Speed 125 et autres Apollo Soyuz.

exposition speedmaster antoine de macedo

A côté de ces modèles historiques, Antoine avait rassemblées d’autres pièces exceptionnelles provenant de clients et collectionneurs privés.

Les trésors étaient autant dans les vitrines que sur les poignets des convives qui étaient venus avec les montres de leur propre collection. On ne savait plus où donner de la tête.

Toujours est-il que les béotiens (dont je fait partie) se rendent vite compte que les histoires autour de la «Speed» sont à elles seules une science à part. Un sujet à la fois complexe et passionnant que je n’aborderai pas ici, tant il a été déjà traité mainte et mainte fois.

petros-protropapas

Mr Petros Protopapas (à gauche), conservateur de l’Omega Museum à Bienne

En revanche je vais m’attarder quelque peu sur ma rencontre avec Monsieur Petros Protopapas, conservateur du musée Omega à Bienne qui avait fait le déplacement pour l’événement.

Sa réputation l’avait bien sûr précédé et j’étais, il faut le dire, quelques peu intimidé. Petros Protapapas n’est pas seulement un livre ouvert sur l’histoire de la marque Omega et de l’horlogerie en générale. Il est surtout un personnage chaleureux et éloquent, aussi passionné que passionnant. Ancien pilote aérien, il sait ce qu’est une toolwatch.

J’en ai profité pour lui poser quelques questions sur l’expédition au pôle nord, sur l’histoire des montres de chronométrie ou encore sur cette mystérieuse Stockdale watch offerte à JKF avant son élection.

Ses réponses étaient précises et nuancées et ses explications, captivantes sans être ésotériques. Nous étions tous suspendus à ses lèvres et pouvions rester là encore des heures.

 En bonus, voici pour nos lecteurs une histoire méconnue dont Petros a le secret.

omega-speedmaster-ultraman

Ce soir là, il portait à son poignet une mystérieuse Speedmaster dont l’aiguille des secondes était rouge (!). Très peu d’entre nous connaissait l’existence d’un tel modèle produit en 1967. Quelle ne fut pas ma surprise quand il nous révéla que cette référence 145.012 67 sp) avait servi dans la série Ultraman. Série japonaise qui avait bercé mon enfance, et dont les héros étaient revêtus d’une combinaison de la même couleur !

Quand je vous disais qu’en horlogerie, on continue d’apprendre tous les jours…

L’expo Speedmaster chez Antoine de Macedo,
c’est jusqu’au 13 juin 2015, au 28, Rue Madame – 75006 Paris
de 11h00 à 19h00 du Mardi au Samedi.

L1119941

L1120121

et pour aller plus loin :

Les histoires des montres Omega sur Moonphase

Le site de l’Omega Museum à Bienne

Be first to comment