Patek philippe : l’histoire d’un club de collectionneurs appelé le Gondolo Gang

Gondolo-&-Labouriau-Gang

Les histoires de montres nous ont révélé à maintes reprises la créativité et surtout la spontanéité du marketing horloger du début siècle dernier. Avant Hans Wilsdorf et bien avant Jack Heuer, voici l’histoire d’un distributeur et d’un club de collectionneurs qui donnèrent leur nom à une montre de poche parmi les plus convoitées au monde.

Au début des années 1900 un distributeur brésilien est devenu le principal distributeur de Patek Philippe grâce à une idée aussi efficace qu’originale. Ce distributeur était basé à Rio de Janeiro et s’appelait Gondolo & Labouriau. Des milliers de montres de poche sont passées entre leurs mains, ces montres qu’on appelle de nos jours les « Chronometro Gondolo » sont devenues des pièces de collections célèbres tant par leur très grandes qualités que pour leur histoire singulière.

Ces montres qui font de nos jours régulièrement la une des ventes aux enchères, étaient vendues à l’époque, exclusivement aux membres d’un club très select appelé le «Gondolo Gang».

patek-philippe-chronometro-gondolo

Photo : chronomaster.co.uk

Faire partie de ce club de collectionneurs, était au début du 20é siècle, un signe distinctif de réussite dans la société brésilienne.

Tous les membres du Gondolo Gang avaient un signe distinctif commun : ils portaient un chapeau de paille qui arborait la marque de leur garde temps favori.

Ce club comptait environs 180 membres qui ont tous acquis leur montre « Gondolo » grâce à un système de vente savamment orchestrés par ce distributeur qui donnera à son idée le nom de «Plano do Club Patek Philippe System».

Considéré comme une société privée, le club du Gondolo Gang à permis au distributeur de contourner la loi brésilienne, à une époque où les jeux de hasard étaient prohibés.

Son ingénieux stratagème s’apparentait à une tombola qui pouvait se résumer ainsi : chaque membre du club devait s’engager à acheter une montre pour un montant de 790 francs suisses divisés en 79 versements hebdomadaires de 10 francs.

Durant ces 79 semaines de remboursement, un tirage au sort hebdomadaire était organisé où le gagnant était libéré du solde de sa dette. Le premier gagnant aurait payé sa montre 10 francs, le second 20 francs etc… L’astuce : plus tôt on achetait sa montre et moins cher elle nous coûtait, à condition de gagner à cette loterie.

Photo : www.bogoff.com

Photo : www.bogoff.com

Grâce à ce jeu de hasard, Gondolo & Labouriau a réussi à écouler plus du tiers de la production de Patek Philippe de l’époque.

Pour conserver le caractère exclusif de ses montres par rapport au reste de la production de Patek, le distributeur exigea de son fabricant de lui fournir ses montres suivant un cahier des charges très précis que les montres Gondolo devaient scrupuleusement respecter.

Parmi ces spécifications il y avait bien sûr le pont en forme de S de la 4é roue devenu depuis la signature des mouvements Patek, la 4é roue intermédiaire et roue des minutes en or rose 9K. Un régulateur de précision inventé par Jean-Adrien Philippe qui consiste en un appareil ajusté sur le pont de balancier, d’un rochet d’arbre de barillet (rouage de remontage) avec profil en dents de loup ainsi que d’un arbre de barillet à carré rapporté.

Photo : chrono24.fr

Photo : chrono24.fr

Plus tard, en 1910, on retrouvera ces mêmes mouvements dans les premières montres bracelets fabriquées par Patek Philippe qui pouvait atteindre jusqu’à 48mm de diamètres.

Gondolo & Labouriau cessa son activité en 1927. De nos jours, la collection Gondolo lancée en 1993, fait écho à cette épisode de son histoire en proposant une réinterprétation contemporaine des montres de cette époque. D’inspiration Art Déco, elle regroupe la plupart des montres Patek Philippe «de forme» (c’est à dire non rondes : carrées, rectangulaires, coussins et bien sûr tonneau) – un domaine dans lequel la manufacture possède une tradition désormais séculaire.

Pour aller plus loin :

La timeline historique de Patek Philippe

La gamme Gondolo contemporaine

6 Comments

  • Répondre août 20, 2015

    mike

    je viens de découvrir votre site et vraiment il est super interéssant .
    L’angle choisi pour aborder les montres , et original et interessant . Continuez.

    • Répondre août 20, 2015

      Moonphase

      Merci, Mike, pour vos encouragements !
      Je vais bien sûr continuer – à mon rythme – mais je vais continuer. Stay tuned…

  • Répondre septembre 1, 2015

    batilou

    Incroyable cette histoire !!!! merci pour le partage ;’)

    • Répondre septembre 2, 2015

      Moonphase

      @Batilou : à quand des chapeaux de paille avec marqués Yema dessus 🙂

  • Répondre septembre 1, 2015

    SkyWeb

    Bonjour,

    Merci pour le partage cette article, vraiment excellent !!
    Certaines personnes ont des idées magnifiques hors du commun 🙂

  • Répondre septembre 2, 2015

    Xavier d'Equis

    Quelle histoire fantastique. Puis-je vous suggérer de rechercher autour membres célèbres de ce club, on doit trouver des personnalités hors du commun de cette période de l’histoire brésilienne.

Leave a Reply