5 montres à quartz tout à fait fréquentables (1/5) : L’Omega Seamaster 120m Cal.1337 «Plongeur De Luxe» de Jacques Mayol

jacques-mayol-omega-seamaster-120

Non, le quartz, ce n’est pas sale. N’ayez pas honte et vous flagellez pas, ce ne pas pécher que d’en posséder une.

Il faut quand-même admettre que le quartz a toujours eu très mauvaise réputation. Souvent considéré comme celui qui a décimé l’industrie horlogère suisse dans les années 70-80, le quartz a, en effet, mis à mal une longue liste de maisons horlogères qui ne se sont pas relevées depuis.

Malgré cela, toutes les montres à quartz ne sont pas à mettre dans le même sac, loin de là. En voici quelques une qui sont, au contraire, plus que fréquentables voire même très recommandables à des amateurs de belles mécaniques.

Partie 1/5 :

L’Omega Seamaster 120m Cal.1337 «Plongeur De Luxe» de Jacques Mayol

photo : vintage-swiss.com

Un design très inspiré de la Royal Oak. Photo : vintage-swiss.com

La Seamaster 120 Plongeur de Luxe (ref. no. 396.0900) lancée en 1980 fut la première montre de plongée à quartz fabriquée par Omega.

D’une épaisseur inférieure à 8mm, La seamaster 120 embarquait le calibre 1337 à 17 rubis dont la fréquence était régulée par un module à quartz.

Ce mouvement avait un réglage rapide de la date et de l’heure tandis que le réglage des minutes et de secondes étaient activés par un moteur commandé par un bouton poussoir, situé sur la tranche du boitier à 2 heures.

photo : vintage-swiss.com

photo : vintage-swiss.com

jacques mayol-omegaCe boitier de 37mm était lui-même monté sur un bracelet intégré avec une boucle déployante ajustable de 5 à 25mm, conçue pour aller sur les combinaisons de plongée. On notera un design général (surtout le bracelet) très inspiré de la Royal Oak de Gerald Genta….  à moins que ce dernier, qui avait déjà travaillé pour Omega sur la Constellation, ne soit officieusement repassé par là.

La Seamaster 120m «Plongeur De Luxe» fut portée par Jacques Mayol lorsqu’il a battu son propre record de descente en apnée à 101m au large des côtes de l’ile d’Elbe en 1981. 

Plus tard, en 2003, Omega rendra hommage à l’homme dauphin en créant l’Omega Apnea, dont Jacques Mayol a lui-même participé à la conception. C’est l’épopée de ce plongeur exceptionnel et de sa rivalité amicale avec Enzo Maiorca qui inspira Luc Besson dans son oeuvre la plus célèbre nommée Le grand Bleu (1988).

jacques-mayol

Pour aller plus loin :

Sur le même sujet :

5 montres à quartz tout à fait fréquentables:

12 Comments

Leave a Reply