[OLD SCHOOL] Peur sur la ville – Belmondo et sa Cosmograph Daytona 6263

belmondo-peur-sur-la-villeAlors que GQ vient de sacraliser Jean Paul Belmondo l’homme français le plus stylé de tous les temps, ce dernier a été quand même le grand oublié parmi les icones «officielles» de la légende Rolex.

Pourtant lorsque le film Peur sur la ville  sortit en en 1975, sur les champs Elysée et partout en France, on pouvait voir sur l’affiche du film, Belmondo avec, à son poignet, une Rolex Daytona Cosmograph.

A cette époque, alors à l’apogée de leur carrière Belmondo et Delon représentaient chacun dans leur style, l’archétype de l’élégance masculine à la française. A la manière de Brett Sinclair et de Dany Wilde, Delon était le ténébreux séducteur, alors que Belmondo était le bagarreur.

Navigant en eaux troubles, les personnages de Belmondo, tout d’arrogance et de désinvolture, hésitaient souvent entre flics ou voyous. Avec un style entre Bullit et l’inspecteur Callahan, ils parlaient peu mais frappaient fort. Blouson de cuir et col roulé noir, la tenu de Belmondo était celle d’un homme d’action. Il lui fallait donc un garde temps à la hauteur de sa réputation.

Belmondo dans "Peur sur la ville (1975) et Steeve McQueen dans Bullit (1968)

Belmondo dans « Peur sur la ville (1975) et Steeve McQueen dans Bullit (1968)

ChristiesRolexJeanPaulBelmondoDaytonaRef6263Le placement de produit par les marques n’existant pas à cette époque, son choix s’était alors portait vers une de ses montres personnelles : la Rolex Daytona.
Cette même montre qui, quelques années auparavant (1969) se fit connaitre, du monde entier grâce au film Le virage  avec Paul Newman et qui lança le début du mythe Daytona.

Le modèle de la montre de Jean Paul Belmondo était une Daytona réf 6263 dite «Big Red» en référence à l’inscription «Daytona» en rouge au dessus du registre à 6h. Elle portait le numéro de série 2’750’397.

Cette montre collait tellement aux personnages de l’acteur qu’elle fut consécutivement à l’affiche dans 4 de ses films : Peur sur la ville (1975), L’incorrigible (1975), L’alpagueur (1976) et L’animal (1977).

 

Elle fut vendue aux enchère chez Christies en novembre dernier pour la somme de $223,564. On peut l’entre apercevoir (2’11) dans ce reportage consacré à cette vente lors des cinquantième anniversaires de la Rolex Daytona.

 

Fidèle à la marque, Jean Paul Belmondo avec un Submariner :

Fidèle à la marque, Belmondo avec une Submariner

Fidèle à la marque, Belmondo avec une Submariner

 

mais aussi un Tank Cartier :

belmondo-tank-cartier

 

 

Be first to comment