Hamilton Ventura, le « space-age design » selon Richard Arbib

Richard-arbib-Ford-FX-Atmos-1954-x-hamilton-ventura
Richard Arbib, avec un faux air de Howard Stark

Richard Arbib, avec un faux air de Howard Stark

Le design industriel a toujours été le reflet de l’air du temps. Tandis que de nos jours, la tendance Néo-rétro s’inspire du passé (nostalgie et besoin de sécurité), les années 50 virent arriver une toute nouvelle vague de designs futuristes, miroirs d’une époque beaucoup plus optimiste. Le futur était même devenu une obsession dans ce monde d’après guerre emmené par une Amérique alors euphorique.

L’automobile qui était à la recherche de nouveaux horizons, fut le terrain de prédilection de nombreux designers avant-gardistes. Les formes massives et arrondies furent progressivement remplacées par des lignes futuristes tout droit sorties des séries de science fiction de l’époque. C’est aussi à cette même époque que la fée électricité propulsa le monde entier dans la consommation de masse. Pour être moderne, il fallait être électrique : réfrigérateur, aspirateur, rasoir, télévision… et même la montre bracelet.

La marque américaine Hamilton qui voulait elle aussi coller à son époque venait d’inventer un tout nouveau mouvement électro-mécanique animé par une batterie miniature (on appelle ça une pile de nos jours). Cette nouveauté se devait d’être en rupture totale avec tout ce qui avait pu exister auparavant. Aussi, pour la conception du boîtier, Hamilton s’adressa-t-il à un jeune designer du nom de Richard Arbib, dont le coup de crayon avait déjà fait parler de lui dans le design automobile.

Richard Arbib (qui à mon avis a inspiré le personnage de Howard Stark de Marvel) est le designer qui a restylé, en 1955, la gamme de voitures Hudson d’American Motors Corporation (AMC) avec une calandre, devenue célèbre depuis, en forme de V. Mais ses créations les plus impressionnantes sont surtout ses concept-cars.  Il y eut d’abord la Ford FX Atmos (1954) (voir la photo ci-dessus où Arbib est au volant), et puis surtout l’Astra Gnome Time and Space Car de 1956.

Astra Gnome Time richard arbib

Fabriqué en aluminium, ce concept car était censé représenter la voiture du futur, telle qu’elle serait en l’an 2000. Au centre de son tableau de bord se trouvait la Celestial Time Zone Clock MX-1, une mystérieuse horloge en forme de globe fabriquée par… Hamilton.

Croquis du tableau de bord et de l'habitacle de l’Astra Gnome Time and Space Car de 1956

Croquis du tableau de bord et de l’habitacle de l’Astra Gnome Time and Space Car de 1956

Original-Hamilton-Ventura

Pour la Ventura (1957), Arbib a eu l’ingénieuse idée de réutiliser le fameux V de la Hudson, qu’il fera pivoter de 90 degrés pour créer une nouvelle forme asymétrique qui sera la signature des modèles électriques comme la Ventura mais aussi la Pacer ou encore la Meteor.

La Ventura électrique sera lancée simultanément avec un autre modèle au boitier rond nommé Van Horn pour les clients aux goûts plus «conventionnels».

Ces 2 montres électriques ne nécessitaient aucun remontage mais leur pile devait (quand même !) être remplacée tous les ans. Produite pendant 6 ans, la Ventura sera plus tard concurrencée par le fameux mouvement électrique à diapason nommé Accutron créé par Bulova. Nous connaissons tous la suite de l’histoire, avec l’avènement des mouvements régulés par le quartz venu d’Asie

Malgré cela, l’Hamilton Ventura restera dans la mémoire de tous comme l’accessoire de mode le plus représentatif du design de cette époque.
Rendue célèbre par le King, elle sera aussi souvent utilisée comme un symbole du «space age» dans les films de science fiction.

Twilight Zone

Il eut tout d’abord Rod Serling, le célèbre producteur des mythiques Twilight Zone (séries diffusées sous le nom de La 4ème dimension en France).

On se souvient tous de ces fameux monologues en ouverture et fermeture de chaque épisode, dans lesquels, avec une cigarette au bec et une Ventura au poignet le présentateur nous faisait frémir en évoquant des mondes soient disant parallèles.

Elvis Presley dans Blue Hawaï

Puis, dans un autre genre, il eut aussi Elvis Presley qui avait goût pour les choses, disons, extravagantes. Le King avait fait ajouter sur sa Ventura, un bracelet sur mesure en or blanc pour le rendre encore plus clinquant. Ce qui a provoqué souvent la confusion auprès de ses fans, avec une autre de ses montres célèbres, la Rolex Midas en or. Omniprésente dan Blue Hawaï, on n’a jamais su s’il s’agissait d’un placement de produit ou de la montre personnelle du King.

2001 l’odyssée de l’espace

En 1966, Stanley Kubrick commissionna un certain nombre d’entreprises pour créer des objets pouvant être utilisés dans son prochain film 2001 l’odyssée de l’espace (1968). L’équipe de design de Hamilton présenta 2 projets. Ils ont d’abord recyclé un ancien proto de Arbib nommé Flight II Electric mais ce sera le projet d’un autre designer nommé Bergey qui sera retenu pour le film. John Bergey est souvent considéré comme l’inventeur de la montre à quartz à affichage digital. 

Prototypes de l' Hamilton Electric Flight II de Arbib, refusé par Stanley Kubrick

Prototypes de l’ Hamilton Electric Flight II de Arbib, refusé par Stanley Kubrick

Modèle de John Bergey, retenu pour le film 2001 l'odyssée de l'espace

Modèle de John Bergey, retenu pour le film 2001 l’odyssée de l’espace

Men In Black

Hamilton-Ventura-limited-edition-MIB3Enfin, on retrouvera beaucoup plus tard la Ventura dans le film Men In Black (2007) qui était un hommage à Mars Attack, qui lui même était un hommage de Tim Burton aux films de science fiction de séries B des années 50-60. On pense à  Earth vs. the Flying Saucers (1956) ou encore Invaders from Mars (1953). 

Le passé a inventé le futur qui, plus tard,  lui rendra hommage en retour. La boucle est bouclée.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Elvis Presley et son Hamilton Ventura

Elvis Presley et son Hamilton Ventura

 

Rod Serling (The Twilight Zone) et son Hamilton Ventura

Rod Serling (The Twilight Zone) et son Hamilton Ventura

 

et un dernier clin d’oeil dans… Mad Men

Be first to comment