[Chic & Cheap] Glycine Airman, une montre GMT taillée pour l’aventure avec un passé des plus prestigieux…

glycine-airman-vs-rolex-eplorer-2
rolex_freccione_1665_explorer2

Rolex Explorer 2 réf. 1655 dite « Freccione » ou « The Arrow »

Je découvre ce jour être complètement passé à coté de la Rolex l’explorer 2.

Il y a des montres comme ça, qui vous laissent de glace pendant un certain temps jusqu’à un beau jour où… En me documentant pour l’article sur les toolwatches, je me suis demandé pourquoi Reinhold Messner avait choisi cette montre pour gravir l’Everest et pourquoi elle était si populaire auprès des aventuriers en général.

La réponse est un peu surprenante au prime abord puis finalement évidente après coup : l’Explorer 2 possède cette aiguille orange, qui lorsqu’elle est réglée sur le même fuseau horaire, permet grâce à une lunette graduée 24h, de savoir si l’heure indiquée correspond au jour ou à la nuit (7h ou 19h).

Pour nous, pauvre citadins vivant en métropole, cette question peut sembler quelque peu saugrenue car il nous suffit juste de tourner la tête et de regarder par la fenêtre pour voir la lumière du soleil.

Cela est beaucoup moins évident si vous êtes un spéléologue enfermé dans une grotte souterraine depuis trop longtemps ou si vous êtes en expédition sur le toit du monde où le jour ou la nuit peuvent durer jusqu’à 6 mois.

Voici donc encore une complication futile pour les communs des mortels et donc indispensables pour tous les «watch Nerds» que nous sommes !

Le plus belle des Explorer 2 est bien sûr la ref. 1655 dite « Freccione » ou « The Arrow », modèle rendu célèbre par Steeve Mc Queen (encore lui, même s’il ne l’a en fait jamais portée). Mais voilà, et c’est là que le bât blesse : pour mériter le détail qui tue, cette fameuse aiguille GMT orange, il vous faudra régler par Paypal un montant à 5 chiffres.

Autres découverte faite lors de mon article sur les toolwatches. On pourrait légitimement se demander pourquoi sur cette photo, Pete Conrad, au retour de la mission Gemini 5 (1965) portait simultanément à son bras droit une Omega Speedmaster et une Glycine Airman. Tout simplement parce que la Glycine Airman tout comme la Rolex Explorer, lui permettait, une fois dans l’espace, de ne pas perdre la notion du jour et de la nuit. Chose qui était impossible avec sa Speedmaster seule.

peter-conrad-gemini-speedmaster-glycine-airman

Nous, les amateurs de montres mécaniques, nous aimons bien faire la fine bouche. La légitimité d’une montre est au moins aussi important que son pedigree. Entendez par là que la montre en question doit avoir fait ses preuves et être entrée dans l’histoire d’une manière où une autre.

Dans le cas de cette fameuse Glycine Airman, non seulement elle a été préférée par les pilotes de l’US Air Force durant la guerre du Vietnam, mais en plus elle a été dans l’espace, au même titre que l’illustre Omega Speedmaster. Excusez donc du peu !

glycine-airman-pilot-vietnam

Pilote de l’US Air Force avec une Glycine Airman 1 durant la guerre du Vietnam.

 

Alors, quel modèle choisir ? Plusieurs options s’offrent à vous. Tout d’abord le modèle historique des années 60 (ma préférée) de l’époque de la guerre du Vietnam, 36mm, équipé du mouvement A. Schild 1700/1701. Elle a un fonctionnement assez différent d’une GMT classique. Aussi appelée modèle «Purist», Elle s’apparente à une montre traditionnelle 3 aiguilles. celles des secondes et minutes ont un fonctionnement normal tandis que l’aiguille des heures fait une révolution en 24h. La lunette tournante graduée 24h permet d’afficher un second fuseau horaire.

glycine-airman-vintage-vietnam-era

 

Le modèle Airman GMT (Avec un faux air d’Explorer 2) possède quant à lui, 4 aiguilles. L’aiguille des heures fait sa révolution en 12 heures tandis que l’aiguille GMT tourne sur 24h. La lunette tournante graduée 24h permet d’accéder à un 3è fuseau horaire.

Glycine-Airman-2000-GMT

 

glycine-airman-12-on-top

Enfin il existe un modèle Purist dit «12 on top», avec le cadran inversé (12 en haut et 24 en bas) permettant une lecture plus naturelle pour les aventuriers du dimanche que nous sommes.

On ne conseil jamais d’acheter une montre à la place d’une autre. Avec 1000 balles, on ne peut pas se payer l’aiguille orange mais on peut quand même avoir la classe d’un explorateur aventurier avec au poignet une montre mythique au passé des plus prestigieux. Cheap but Chic !

 

Pour aller plus loin :

Be first to comment