Bulova Accutron : l’autre montre choisie par la NASA à bord d’Apollo 11

_max-hetzel-dapason-tuning-forks-accutronNotre passion : La montre mécanique. Un coeur qui bat et de minuscules pièces qui interagissent à l’unisson. Alors que le temps passe, une véritable symphonie se joue sur le dos de notre poignet.  A l’inverse, pour beaucoup d’entre nous, les montres à quartz n’ont pas de coeur ni d’âme. Sa précision froide nous laisse de marbre. A quelques exceptions près.

Pourtant en 1960, un suisse de Bâle avait inventé une montre électrique avec un vrai coeur qui bat. En fait, celui-ci faisait plus que de battre, il vibrait.

Composé seulement de 27 pièces, dont 12 mobiles, l’Accutron avait un nom digne des films de science fiction de cette époque.

Son créateur, Max Hetzel, était un ingénieur suisse qui oeuvrait pour le compte de Bulova, une marque suisse fondée à New York par un immigrant de la Bohème ( actuellement la République Tchèque).

En pleine période du Space Age, challengé par Elgin, Lip et Hamilton qui avaient créé une montre mécanique propulsée par une pile électrique, Hertzel se lança dès 1952 dans le développement d’une montre électronique.

Le «coeur» de l’Accutron était constitué d’un diapason dont les vibrations faisait avancer une roue à index qui possédait 320 dents microscopiques. Le diapason vibrant à 360Hz (360 pulsations par seconde), la roue faisait 1/8 de tour par seconde.

Vidéo ralentie du fonctionnement du diapason de Hertzel et de sa roue à index

Rendons à César ce qui lui revient : l’idée d’une lame vibrante avait été inventée dès 1856 par Louis Bréguet qui déposa 2 brevets pour des horloges électriques. La prouesse de Max Hetzel consistera alors à miniaturiser ce concept dans une montre bracelet grâce à des transistors. La montre à quartz n’est que l’ultime étape de ce procédé avec une fréquence portée à 32 768 Hz…

La haute fréquence de diapason a permis à Bulova de se prévaloir de la montre la plus précise du monde avec une dérive maximale garantie de 2 secondes par jour. Avec une telle précision, l’Accutron (abréviation de «Accuracy» et d’«Electronic») n’avait plus besoin de couronne pour régler l’heure : celle-ci fut ainsi reléguée au dos du boitier.

Bulova Accutron Astronaut

Bulova Accutron Astronaut

L’Accutron a été un grand succès d’un point de vue technologique mais aussi commercial. De nombreux modèles furent déclinés avec ce mouvement. Parmi les plus célèbres : la Deep Sea, l’Astronaut et bien sûr l’emblématique Spaceview et son cadran squelette futuriste qui a frappé tous les esprits.

Symbole du fleuron de la technologie américaine, l’Accutron fut néanmoins coiffé sur le poteau par la Speedmaster qui a été (et est toujours) officiellement sélectionnée par la NASA pour équiper ses astronautes. La technologie Bulova n’en est pas pour autant absente des programmes spatiaux américains.

L'astronaut Walter Marty Schirra avec sa Speedmaster d'un côté et son Accutron personnelle de l'autre

L’astronaut Walter Marty Schirra avec sa Speedmaster d’un côté et son Accutron personnelle de l’autre

Depuis 1959, plus de 46 missions de la NASA embarque dans ses engins des horloges de bord animées par le fameux mouvement à diapason. La plus célèbre de ces missions fut bien sûr Apollo 11 ou l’Accutron partage la vedette avec la Speedmaster. Les premiers hommes à avoir marché sur la lune ont déposé dans la mer de la tranquillité un sismographe équipé d’un mouvement Accutron qui est resté là bas depuis 1969 !

Gordon Cooper en préparation de la mission Faith 7 avec sa Bulova Accutron Astronaut

Gordon Cooper en préparation de la mission Faith 7 avec sa Bulova Accutron Astronaut

Même si l’Accutron ne fut pas portée officiellement par les membres de la NASA, beaucoup d’astronautes l’ont portée à titre de montre personnelle durant les missions spatiales. Il y a eu Jeffrey A. Hoffman et Scott Carpenter ainsi que Gordon Cooper que nous avons déjà évoqué à propos de la Glycine Airman.

La Speedmaster n’ayant pas de fonction GMT (indispensable dans l’espace pour distinguer le jour de la nuit), il n’était pas rare de voir des astronautes porter 2 montres simultanément, une à chaque poignet. Lors de la mission Faith 7, « Gordo » portait, lui aussi, sur son autre poignet, une Accutron Astronaut équipée de la fonction GMT 24h.

Cette même Accutron Astronaut sera aussi utilisée officiellement par les pilotes de l’US Air Force impliqués dans le programme de l’avion fusée X-15. De 1960 à 1968, ce programme expérimental pour le compte de la NASA avait pulvérisé tous les records de vitesse (7 272,68 km/h) et d’altitude (107 960 mètres) détenus par un aéronef piloté à aile fixe.

bulova-astronaut-accutron-x-15-nasa-ad-french

Horloge Accutron utilisée à bord de Air Force One

Horloge Accutron utilisée à bord de Air Force One

En 1969, le destin de l’Accutron et d’Omega se croiseront à nouveau lorsque la firme de Biennes débaucha Max Hetzel pour contourner son propre brevet et créer ainsi un concurrent à l’Accutron. De cette recherche naitra l’Omega Megasonic avec un diapason vibrant à 720Hz. Trop fragile, la Megasonic ne rencontrera pas le succès escompté. Rattrapée par le quartz asiatique, son développement fut arrêté en 1976.

Entre temps l’Accutron sera devenue la montre officielle des chemins de fer américains et fut proclamé cadeau diplomatique officiel offert aux hommes d’état par le président Lyndon Johnson lui-même.

bulova-lyndon-johnson

Bulova-Accutron-214-Astronaut_2

Contrairement aux montres futuristes de cette époque comme l’Hamilton Ventura ou la même la Spaceview, l’accutron Astronaut (ma préférée) est une montre avec un design plutôt intemporelle voire même très classique. Sous côté, Il est encore assez facile d’en trouver une en bon état. En revanche, sa roue à index aux 320 dents microscopiques (voir vidéo ci-dessus) est assez fragile. Peu de pièces détachées subsistent, encore moins des spécialistes capables de les maintenir.

Dommage, car c’est une montre qui a une place à part dans l’histoire de l’horlogerie moderne. Le bruit caractéristique du bourdonnement continu produit par les vibrations du diapason fait parti du charme de cette montre très attachante et donne l’impression à son propriétaire d’avoir un objet vivant à son poignet…

bulova-accutron-astronaut-catalog

Pour aller plus loin :

Be first to comment